A Nantes, l’Atelier, un moteur pour l’autogestion

Print Friendly

atelier1A Nantes, depuis 1981 l’Atelier, une association autogestionnaire permet à chacun de venir réparer sa voiture et se réapproprier collectivement les connaissances qui font le pouvoir du spécialiste.  L’atelier, c’est un lieu de formation pas comme les autres qui refuse de se faire appeler garage. Avec une priorité : démystifier la mécanique et transmettre les savoirs et les savoir-faire…

Aux prémisses d’une belle histoire, l’émulation et la rencontre à la fin des années 1970 entre militants, travailleurs sociaux, comités de chômeurs amènent une poignée d’individus à imaginer un projet de solidarité concrète : des stages d’initiation à la mécanique auto. Ce qui n’était au départ que quelques moments de bidouilles entre amis dans un local du Bas-Chantenay se formalise en 1981 avec la création de l’Atelier.  Un local est ouvert rue Paul Bellamy qui accueille du public pour dispenser des actes de formation autour de la mécanique auto. L’Atelier revendique parmi ses valeurs fondatrices l’attachement à des principes : tolérance, respect, solidarité, mobilisation militante… Et inscrit son action dans une démarche d’éducation populaire. Elle se situe dans le domaine de l’économie alternative et refuse ainsi toute activité commerciale. Pour ses quelques salariés, elle tente de faire vivre un fonctionnement anti-hiérarchique et rejette le recours aux statuts précaires. Réunis autour d’un projet  inspiré de la démocratie directe, ceux-ci mettent en œuvre les orientations définies par l’assemblée générale annuelle à laquelle  se réfère le conseil d’administration mandaté qui se réunit tous les mois et est ouvert à chacun. L’esprit mutualiste permet d’ouvrir les portes de l’atelier à tous et de faire vivre concrètement les valeurs de solidarité portées par l’association. Le budget de l’association est entièrement couvert grâce aux cotisations qui assurent à l’association propriétaire des locaux une totale indépendance.

Concrètement, L’Atelier met à disposition un important matériel pédagogique (maquettes et documentation) ainsi que tout l’outillage nécessaire,  quelques appareils de mesure et un banc de freinage. Cet outillage est régulièrement renouvelé et complété. Pour bénéficier de l’accès aux locaux, à l’outillage et aux formations, il faut s’acquitter d’une contribution. Celle-ci varie annuellement entre 400 et 650 euros quel que soit le nombre d’interventions réalisées sur le véhicule. L’adhésion est calculée en fonction des revenus sur le principe mutualiste. Un quotient familial est déterminé qui fixe le montant de l’adhésion en fonction de la formule choisie selon le degré d’autonomie des personnes. Car tout un éventail de possibilités se déploie pour transmettre les savoir-faire. On peut venir simplement étudier les principes de la mécanique sans pour autant posséder un véhicule. Plus couramment, on vient effectuer des réparations sur son véhicule. La Cotisation Soutien permet la participation à la vie associative : droit au votes, réunions, commissions, etc. mais elle ne donne pas accès à la formation. La cotisation Entretien (E) permet de réaliser l’entretien courant : vidange, bougies, feux, plaquettes de freins, niveaux, essuie-glaces, contrôles et l’accès à des journées diagnostic pour se former. Quand un adhérent souhaite réaliser des réparations, il prend rendez-vous et un emplacement lui est réservé, tout le matériel est à sa disposition, et l’équipe des permanents l’aide si besoin. Des moteurs écoles sont présents pour les plus bricoleurs qui souhaitent s’exercer aux techniques transmises par l’équipe de 5 mécanos.

L’objet de l’atelier n’a pas perdu de sa pertinence au cours des années. Pour l’association le constat est clair, l’ambition de départ répond à un besoin plus actuel que jamais. De plus en plus de conducteurs pauvres ne peuvent plus assurer l’entretien de véhicules vieillissants, potentiellement dangereux et néanmoins nécessaires à l’insertion ou aux déplacements professionnels. En effet tandis que les emplois précaires, les bas-salaires et la précarité augmentent les pièces autos et les coûts de réparation chez les garagistes connaissent eux aussi une flambée inextinguible. Quand on sait également que plusieurs centaines de milliers de véhicules roulent en France sans assurance et que 20% se soustraient volontairement ou non au contrôle technique. Reste l’alternative proposée par l’atelier à laquelle de plus en plus de conducteurs souscrivent par nécessité ou par appétence pour la philosophie Do it yourself.

Au premier étage, l’Atelier a confié à un collectif d’organisations la gestion de ses vastes locaux. Pour faire vivre et entretenir cet espace précieux pour l’action militante elle peut compter sur les mouvements réunis dans le collectif B17 (pour Bellamy 17) : la CNT, le Collectif Santé, la Coopart, le Groupe Nantais pour la décroissance (GND), Huile, Indymedia Nantes, le NPA, Linux Nantes, No-Pasaran, le théâtre de l’opprimé de Nantes. Le lieu autogéré permet à ces différents groupes d’y organiser réunions et activités propres et collectivement d’ouvrir le lieu sur l’extérieur  avec l’organisation des Vendredis de B17 (projection-débat, soirée jeux, friperie…), de l’Infokiosk (centre de ressources autogéré), ainsi que des journées travaux qui permettent d’entretenir et d’améliorer le lieu.

L’ATELIER NANTES – RÉPARATION D’INSTRUMENTS À VENT
17 rue Paul Bellamy
44000 Nantes
Email : association.latelier@free.fr
Téléphone : 02.40.20.02.48

Ouvert du Lundi au Samedi de 9h à 12h et de 13h à 18h

http://association.latelier.free.fr/

Partager cet article :
Ce contenu a été publié dans au présent, Expériences en cours, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*