Les Uber de Seattle gagnent le droit de se syndiquer

Print Friendly

Uber-seattle1Les chauffeurs Uber de Seattle viennent de remporter une victoire historique : celle de se syndiquer et de négocier collectivement et donc d’obtenir leur statut de salarié. Une brèche dans un nouveau système d’exploitation paré des vertus de la modernité et de l’autonomie.

En décembre dernier la mairie de Seattle a reconnu le droit aux chauffeurs d’Uber de négocier collectivement face leur employeur. Et donc de se syndiquer. Depuis 2009, on compte en Californie, 160 000 chauffeurs ayant contracté à un moment donné avec cette société qui est valorisée aujourd’hui à 50 milliards de dollars. Daniel Negash Ajema est l’un d’entre eux. Il a commencé ses activités de chauffeur alors qu’il était étudiant et attiré par la flexibilité de l’emploi et la facilité de l’exercer. Il utilisait son véhicule personnel. Mais rapidement il remarqua des comportements étranges de son « employeur ». Des chauffeurs qui ne faisaient pas assez de courses étaient brutalement radiés de l’application. Ces taux de courses minimales à effectuer étant fixés, par mails, unilatéralement et individuellement par la société qui soustrait 20% de chaque course à son profit. Un prélèvement exorbitant, car, après déduction de tous les frais, on estime que les chauffeurs gagnent en moyenne 3 $ de l’heure (le salaire horaire minimum revendiqué par Bernie Sanders est 15 $). La rencontre de Daniel avec un jeune Uber d’origine somalienne qui venait de perdre son droit à l’usage de l’application en raison de son nombre de courses insuffisant le décida à regrouper quelques chauffeurs pour changer cette situation. Ce jeune chauffeur somalien qui s’était endetté pour acquérir une voiture se retrouvait dans une situation désespérée. « Nous étions 15 à la première réunion » se souvient-il.

Uber-seattle2

Les syndicats solidaires des chauffeurs

À Seattle, de nombreux chauffeurs Uber sont originaires de l’Afrique de l’est, de Somalie et d’Érythrée, ce qui a alors  représenté un avantage pour mobiliser via les réseaux communautaires explique Sonia Singh de la revue syndicale de gauche Labor Notes. Une campagne est organisée. Tracts, page Facebook, rassemblements devant le siège de l’entreprise. Quelques mois plus tard un meeting rassemble 200 chauffeurs qui élit une délégation pour rencontrer la direction qui persiste, cependant, à vouloir considérer les chauffeurs comme des contractants individuels et refuse toute discussion. Déçus par la réponse d’Uber, les chauffeurs décident alors de contacter la section 117 des Teamsters (le syndicat des transports) qui répond favorablement à cette demande de soutien. Cette section syndicale avait acquis une expérience dans ce domaine par l’organisation syndicale des taxis de la ville à laquelle elle avait largement contribuée. Ajoutons que la municipalité de Seattle débattait déjà à ce moment de la présence d’Uber et d’autres applications dans la ville et de ses conséquences sur les transports dans la ville. Avec l’aide des Teamsters est alors fondée l’App-Based Drivers Association qui deviendra ensuite la section syndicale des chauffeurs Uber. La campagne s’amplifie. Afin de pouvoir toucher plus largement les chauffeurs, des imans informent les fidèles de la lutte en cours et autorisent les Ubers de recruter des membres sur les parkings des mosquées. Plutôt que de s’affronter frontalement à Uber, le syndicat propose aux chauffeurs de diriger leurs efforts vis-à-vis de la municipalité. Après une année de lutte, la ville de Seattle reconnaît enfin, en décembre 2015, par le vote unanime d’un arrêté municipal, le droit de négociation collective et donc de syndicalisation des chauffeurs même si elle maintient que ceux-ci sont des contractants individuels.

Une victoire à étendre

Uber-seattle3Cette victoire  concerne les chauffeurs d’Uber mais aussi ceux d’une autre application : Lyft. Un membre du conseil municipal, Mike O’Brien, qui a été le rapporteur de l’arrêté explique à CNNMoney les raisons de cette décision : « Je souhaite que nous ayons un environnement régulé qui permette aux sociétés de s’adapter et de satisfaire les besoins, mais pas aux dépens des leurs travailleurs ». La nouvelle fait sensation dans le monde des chauffeurs Uber. D’après Dawn Gearhart, porte-parole de la section 117 des Teamsters, des chauffeurs Uber, forts de cette victoire de Seattle, poussent d’ores et déjà à la syndicalisation dans les État d’Hawaii, du Connecticut, du Kansas, de Caroline du Nord et de New York. La panique gagne Uber and Lyft qui maintiennent que la loi fédérale interdit toute négociation collective pour des contractants individuels, statut qu’elles persistent à assigner aux chauffeurs. Sournoisement, elles ajoutent que tout cela aura des conséquences sur le prix de courses. David Plouffe, ancien conseiller du président Obama, désormais conseiller d’Uber, est précipitamment envoyé à Seattle pour critiquer violemment la décision municipale. « C’est un important marché pour nous » reconnaît-il. Une nouvelle bataille vient de commencer à Seatlle…

Partager cet article :
Ce contenu a été publié dans au présent, Luttes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*