La télé publique grecque relancée sous forme de Web TV

Print Friendly

ert-1Le gouvernement Grec a fermé brutalement la télévision publique ERT licenciant sans préavis 2656 personnes. Cette mesure s’inscrit dans les plans d’austérité imposés par la Troïka exigeant immédiatement la suppression de 2000 emplois publics. Les travailleurs d’ERT ont décidé de continuer leur activité sous la forme d’une Web TV déjà largement suivie en Grèce.

Le gouvernement grec a annoncé le 11 juin la fermeture, en l’espace de moins de 12h, de l’organisme de l’audiovisuel public ERT 1 sous prétexte d’ « assainissement et de restructuration ». A l’aide des forces de police, toute émission a cessé avant minuit. Engageant une épreuve de force inédite, cette décision, appliquée par simple décret ministériel, a signifié le licenciement direct de 2656 travailleurs et la suppression de presque 4000 postes au total. Inspirée par les consultants du Premier Ministre Antonis Samaras, la fermeture n’a été applaudi que par la Nouvelle Démocratie et l’Aube Dorée ! Tous les autres partis (SYRIZA, Grecs Indépendants et KKE de l’opposition, PASOK et DIMAR de la majorité) l’ont désapprouvée.

La fermeture survient au moment où les commissaires de la troïka sont à Athènes, alors que le gouvernement grec devrait remplir jusqu’à fin juin l’objectif assigné par les créanciers de la Grèce de supprimer 2000 emplois publics. L’épisode vient se rajouter à la longue liste du démantèlement progressif des services publics, en vertu des « plans de sauvetage » et des cures d’austérité auxquels sont soumis les peuples. Et pourtant, le mercredi 5 juin dans un rapport le FMI faisait son mea culpa en ce qui concerne le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010 et en remettant en cause l’efficacité même de la structure hybride de la troïka, aujourd’hui en charge de quatre plans de sauvetage dans la zone euro.

Cette mesure, avant d’être économique, se veut profondément anti-démocratique. ERT est un bien public, sa fermeture est une véritable atteinte à la liberté d’expression et à l’existence d’une information indépendante. « Toute modification de grande portée dans le système de médias publics ne devrait être décidée qu’après un débat ouvert et exhaustif au Parlement et non à travers un simple accord entre deux ministres », souligne dans son communiqué hier l’association de l’Union européenne de radio-télévision (UER).

Des milliers de personnes ont afflué mardi soir autour du siège de la télévision publique, dans la banlieue nord d’Athènes, peu avant sa fermeture. L’assemblée générale des travailleurs d’ERT a décidé l’occupation du siège et des studios de l’organisme, ainsi que la poursuite du programme sous forme de Web TV afin d’en informer la population. Ils appellent au soutien et à la solidarité.

Nous publions ici la déclaration vidéo des travailleurs d’ERT ainsi que le contenu même de la Web TV.

 

La Web TV en direct

 

Partager cet article :

Notes:

  1. ERT comporte : – 5 chaines de télé : ET1, NET, ET3, ERT WORLD (satellite), ERT HD (numérique), – sept stations radio à Athènes : 1er, 2e, 3e, Kosmos, ERA Sport, Filia, 5e Programme (emission mondiale), – trois stations radio à Thessalonique : 95,8, 102 et 3e Programme, – 19 stations radios dans l’ensemble du pays, – trois ensembles musicaux : Orchestre Symphonique Nationale, Orchestre de Musique Contemporaine, Choral d’ERT, – un magazine papier : Radiotiléorasi, – un site web : www.ert.gr – les archives numériques d’ERT : archives.ert.gr.
Ce contenu a été publié dans au présent, Expériences en cours, Luttes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*